BIO

« La passion pour un sport naît un jour, se construit chaque jour et ne disparaît jamais vraiment. »

Florent Roy

Mon histoire avec le triathlon commence en 1991 avec la participation de mon père à un triathlon organisé par la Poste. Puis, en 1993, j’assiste au Triathlon indoor de Bordeaux avec un duel au sommet opposant Mark ALLEN et Simon LESSING. C’était sans compter sur le jeune Brad BEVEN qui crée la surprise en arpentant la piste du stadium avec les pieds nus.

Entre temps, j’étudie tous les magazines de triathlon et je participe en 1995 à ma première compétition au lac de Carcans Maubuisson. Elle est organisée par l’ATSCAF sous forme de trois épreuves non enchaînées. La frustration est grande ! En 1997, je participe à mon premier triathlon promotion avec une combinaison de plongée. Aujourd’hui, l’anecdote fait sourire mais crée surtout de bons souvenirs.

J’enchaîne ensuite les compétitions dans le Sud Ouest de la France. Des épreuves locales de ma Gironde natale (Bègles, Carcans, Bordeaux, Arcachon, Lesparre …), à celles du Gers (Auch, Lupiac …), des Charentes (Montendre, Saintes …), en passant par les Landes (Mimizan, Hagetmau, Capbreton …), le Pays Basque (St Jean de Luz, St Pée s/ Nivelle …), sans oublier la Dordogne (Bergerac, Cherveix Cubas, Périgueux …) et le Lot et Garonne (Agen, Miramont de Guyenne, Villeneuve s/ Lot …). La plupart de ces épreuves animées par notre speaker national Michel MONDORY.

En 2001, je prends la décision de faire du triple effort mon activité principale. Je laisse de côté l’athlétisme pratiqué au SA Mérignac et je crée ma propre structure en faisant partie de quatre clubs (natation, cyclisme, athlétisme et triathlon). Je rejoins l’équipe de Philippe AVEZOU au club de Bouliac qui a vu éclore des grands noms comme Floris KOOLE et surtout Sylvain SUDRIE.

Pendant 7 ans, je m’entraîne dans une démarche de haut niveau. En 2004, suite à mon résultat au championnat de France U23 (6e), je passe en comité de sélection pour le championnat d’Europe et suis reconnu par la Fédération pour intégrer les listes ministérielles pendant deux années (2005 et 2006). J’ai ainsi la chance de participer à quatre coupes d’Europe. A l’époque, la définition du haut niveau n’était pas la même qu’aujourd’hui. On parlait de “Jour J” quand on parle aujourd’hui de consistance. On parlait de quantité VS qualité quand on parle aujourd’hui de mixité. On parlait d’athlète quand on parle aujourd’hui d’équipe. La définition de la performance était en train de s’écrire. Frank BIGNET en tant que DTN y a fortement contribué. Les frères BROWNLEE quant à eux, ont accéléré le processus en réinventant le triathlon et en prenant à leur compte le nouveau système de série mondiale.

En 2005 lors du championnat de France U23 à Charleville Mézières (5e), ce “jour J” m’a amené à être au coude à coude avec le regretté Laurent VIDAL (4e) et son compère de toujours David HAUSS (3e). Une génération dorée avec Sylvain SUDRIE (1er) et Cyril VIENNOT (7e). Las pour moi, j’étais presque au bout du chemin, arrivé à mon plein potentiel. Une éclaircie est à noter en 2006 avec le Grand Prix D1 d’Embrun où je termine 16e juste derrière un certain Tony MOULAI et après une belle remontada sur le vélo (64e à la sortie de l’eau pour poser le vélo 15e). Puis, en 2007, le duathlon sera un sas de décompression. Je passe tout de même en comité de sélection pour l’équipe de France suite à mes résultats de début de saison (13e sur la D1 de Luçon (Vendée) et 5e français). La belle époque des Benny VAN STEELANT, Laurent GALINIER, Stéphane VALENTI et Damien DEROBERT.

En 2009, je participe à l’Ironman de Nice (9h53) avant de m’inscrire de l’autre côté de la barrière. J’arrête d’enseigner la Construction Mécanique et repars sur un cursus d’études. Je m’inscris sur la formation DEJEPS afin de devenir officiellement entraîneur de triathlon. Dès lors, une formidable expérience commence à Rennes pendant deux ans puis à Chartres durant sept années. Partager le quotidien de l’association, voir les progrès des adhérents et accompagner les jeunes jour après jour, constituent à ce jour les plus belles expériences de ma vie. Outre la formation initiale, j’ai également suivi la formation BF3 qui m’a apporté de multiples éléments complémentaires, notamment au niveau de l’approche individuelle des athlètes.

La considération des différences entre les individus est une notion essentielle à considérer en tant qu’entraîneur et plus généralement en tant qu’être humain. Cela nous amène à développer de l’empathie pour mieux comprendre l’autre, mieux l’entendre et mieux l’écouter.

J’ai également continué d’expérimenter par moi même les connaissances acquises et en découvrir de nouvelles par une logique d’entraînement non conventionnelle. Cela m’a amené à participer à un marathon (2h42), à des half Ironman régionaux (Tribreizh, Vendôme), à l’Ironman de Francfort (10h41 par 38°C) et surtout à découvrir la pratique du Swimrun (Troll Enez, Engadin, Vassivière).

Ce temps de vie m’a aussi permis d’accompagner les dynamiques de performance collective grâce aux jeunes d’un côté, et aux collectifs D1, D2 ou D3 de l’autre. Étudier ces schémas est passionnant et nous amène à mieux appréhender le monde dans lequel on vit. Les relations interpersonnelles sont souvent les mêmes, quel que soit l’environnement où l’on évolue.

Des rencontres, des anecdotes, des difficultés, des fous rires et des sourires ont ponctué ces années. C’est tout cela que j’ai essayé de transcrire au sein de ce roman. Transmettre ce que j’ai pu comprendre m’a semblé important. Le romancer pour que chacun s’y retrouve m’a paru essentiel.

Bonne lecture !

Retour à la page d'accueil