Etape 2 : ma profession de foi

Je pense important de présenter mes motivations profondes afin que vous connaissiez la personne que vous avez en face de vous. Je veux dire vraiment connaître. Les mots n’ont de sens que s’ils sont dits avec le cœur. Ma conviction est profonde et c’est pour cette raison que je souhaite vous livrer ce qui m’amène dans cette démarche.

Mon engagement à la Présidence de la Fédération Française de Triathlon est la conséquence d’un ensemble d’éléments qui m’ont amené à prendre cette décision.
C’est un choix mûrement réfléchi quand je considère le chemin de ma vie de triathlète. C’est un choix que j’ai pris avec le soutien inconditionnel de mes proches. Leurs encouragements m’ont fait comprendre que je suivais la bonne direction.

J’ai donc commencé à écrire un projet qui semblait conforme à ma vision du Triathlon comme sport majeur du 21e siècle. Au fur et à mesure de mes réflexions et travaux, tous les éléments coïncident vers une seule direction : c’est possible !

Les semaines qui viennent vous apporteront des éléments concrets et factuels de mes travaux, je vous le garantis.

Depuis 5 ou 6 ans, je me questionne sur ma place dans la société. Je trouve que nous vivons dans un monde qui se vide de son sens et de ses valeurs. Je suis affecté de me sentir impuissant face à cela.

Mon entrée dans la gouvernance associative a répondu à cette volonté d’agir concrètement pour faire changer les choses. Elle m’a permis d’asseoir ma conviction dans la notion de responsabilité individuelle du système dans lequel nous évoluons. Un homme politique doit prendre des décisions en prenant la pleine mesure de le faire pour le bien de tous, au détriment de son avis personnel et de ses émotions. L’avis personnel ne doit trouver aucune place dans le débat démocratique. Quand on a une responsabilité politique, on a le devoir de rendre les choix intelligibles et compréhensibles pour tous. On ne s’engage pas personnellement, on engage la responsabilité de l’ensemble des personnes que l’on représente.

Tout le monde doit être en mesure de comprendre les choix qui sont faits. Cela doit être une démarche de développement durable. A ce jour, je pense que nous sommes dans l’urgence de la vision. C’est en ce sens que le projet que je porte s’inscrit dans la logique de Paris 2024.

Mon engagement se veut donc citoyen afin de faire de notre Fédération une Fédération exemplaire qui suscite l’adhésion d’une grande majorité de nos licenciés.

Mes idoles ne sont pas Mark Zuckerberg, Bill Gates ou Barack Obama, non, mes maîtres à penser sont des personnes comme Gandhi, Olympe de Gouges ou Nelson Mandela. Ce sont eux qui me font rêver et me donnent envie de voir l’avenir avec optimisme.

On m’a dit un jour, « n’essaie pas d’être quelqu’un qui a du succès, cherche à être un homme qui a de la valeur ». Cette phrase résonne dans ma tête comme un leitmotiv qui me permet d’avancer au quotidien.

Je crois en notre Sport,
Je crois que nous pouvons en faire un sport national,
Je crois que nous sommes capables de servir d’exemple,
Je crois en nous,

Construisons ensemble la Fédération de demain !

Prochaine étape le lundi 14 Novembre
Suivez-moi sur Facebook ou Twitter pour les compléments d’information

3 pensées sur “Etape 2 : ma profession de foi

  • novembre 7, 2016 à 8:14
    Permalink

    Y’a plus qu’à t’encourager dans ta vision, et qui sait, tu auras du soutien autre que tes proches !!!;)

    Répondre
  • février 28, 2017 à 10:29
    Permalink

    J’aime bien les termes de cette profession de foi et la personnalité des « idoles » de Florent ; quelqu’un qui fait référence à Olympe de Gouges ne peut pas avoir le fond mauvais !
    Tu as mon soutien moral ! Ce n’est pas énorme je le concède mais je donnerai mon avis au président de mon club.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *