Complément Etape 7 : le coût des licences et part Ligue nationale

 

Cette étape se veut être une étape de réflexion sur un des éléments clés de notre fonctionnement : le coût des licences. Les différentes informations devront être retraitées au cours des 6 prochains mois afin d’apporter mi Octobre, une position claire et totalement sécurisée pour une mise en application dès la saison 2018.

 

  • La part fédérale

Retour en arrière : nous sommes en 2012 et la Fédération fonctionne avec un produit de 1,9M€ lié aux licences. Le bilan rendu lors de l’Assemblée Générale élective de 2012 démontrait que tout fonctionnait très bien.

En 2016, nous fonctionnons avec un produit de 2,6M€ lié aux licences. Lors de cette olympiade, la politique fédérale a fait le choix d’utiliser les 1,9M€ de recettes supplémentaires (+0,12 en 2013, +0,39 en 2014, +0,66 en 2015 et +0,72 en 2016, sur la base de l’exercice 2012) pour accompagner le développement de nouvelles actions fédérales.

Le choix que j’ai formalisé lors de l’étape 7 est d’orienter la politique fédérale vers une baisse des tarifs des licences compensée en partie par le supplément de recettes liées à notre croissance.

En effet, on peut observer qu’aujourd’hui notre Fédération arrive à maturité. Ainsi, il semble important de considérer que le développement de notre Fédération doit passer en priorité par le développement de nos clubs, nos comités départementaux et nos Ligues.

De beaux projets ont été impulsés lors de l’olympiade précédente, il faut maintenant prendre le temps de la stabilité et accompagner notre territoire dans la sérénité de sa gestion financière. C’est d’autant plus vrai avec la fusion des Ligues qui créé beaucoup d’incertitudes.

Dès 2018, une baisse importante des licences semble possible pour arriver, part Ligue et comité départemental comprises, à une licence compétition de 84€ (60+22+2), à une licence loisir de 46€ (20+24+2) et  une licence Jeune de 37€ (22+13+2).

 

  • La part Ligue

Avec l’arrivée des grandes régions métropolitaines (13 au lieu de 22 actuellement) à compter du 1er Janvier 2018, il est important d’utiliser cette contrainte territoriale pour en faire une opportunité d’offrir de la lisibilité à nos coûts fédéraux.

La Fédération doit être la seule responsable des coûts fédéraux.

Le sentiment que peuvent éprouver les comités directeurs de Ligue concernant ce point est parfaitement légitime. En effet, toutes les Ligues ont des modèles économiques différents et il semble improbable d’opérer un changement sur ce point.

Et pourtant …

 

L’objectif d’avoir un coût national est multiple :

  • Lisibilité des coûts sur l’ensemble du territoire,
  • Simplification de la gestion des coûts et facilité d’intégration dans un logiciel de gestion,
  • Egalité sur le territoire.

Ceci est rendu possible par un diagnostic poussé de notre situation actuelle. Le principe est le suivant :

  • définir un tarif Ligue national basé sur la moyenne des tarifs actuels,
  • créer une cagnotte qui permette de compenser les différences de tarif sur le territoire.

 

Le principe de la cagnotte est de collecter une plus value dans les Ligues où la part Ligue était plus faible que la moyenne nationale et de la redistribuer dans les Ligues où la part Ligue était plus élevée que la moyenne nationale.

Tableau pour changement système tarifaire - Florent ROY

NB : les licences individuelles ne sont pas prises en compte dans les calculs car elles seront prises directement auprès de la Fédération.

 

  • La part Comité Départemental

Une page s’ouvre vers de nouveaux horizons et plus que jamais, nous aurons besoin de construire ensemble le fonctionnement des comités départementaux.

Lors du Tour des Régions, j’ai pu constater que notre territoire est très déséquilibré dans la gestion de cette strate fédérale.

Avec les grandes Ligues, les comités départementaux constitueront pourtant un élément clé de notre développement, dans l’accompagnement des territoires, au plus proche des clubs.

Une part fédérale de 2€ servira donc à créer des dynamiques dans les départements sans comité départemental ou à accompagner le dynamisme de ceux qui sont déjà actifs.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *